Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Radichou
Grand Bricoleur
avatar

Nombre de messages : 4635
Age : 36
Où c'que j'suis : Au bureau de la loose
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Dim 3 Aoû - 2:22

En trottinant dans ses mules, un peu ensommeillé, Radichou s'étira. Ses petits pas ne faisant aucun bruit, absorbés par l'épais tapis de velours qui s'étendait le long du sombre couloir de la maison des Poetic Loosers.
Il venait de rentrer de la tour de Médivh et s'étirait en baillant.
- Encore une belle soirée à explorer cette ruine ! Il faut que je fasse attention à mes articulations à mon âge... Le saphir trouvé sur Aran c'était une belle affaire... Mgrpf, il faudra noter dans le libram qui viendra finir d'explorer Karazhan cette semaine...
La lumière de son bougeoir de bronze l'entourait paresseusement, et révélait quelques portes de chêne qui fermaient l'accès aux chambres privées de Poètes. Certaines se refermaient doucement, éclipsant le peu de lumière diffusée dans la pénombre du couloir, et ne laissant filtrer qu'un mince rayon sous la porte, c'était la fin de soirée.
- Canaillerie, on n'est pas encore couché, Prowler ? marmotta Radichou en se grattant la barbichette. Il entendit Humar ronronner. Eh eh.
Un petit regard furtif et la porte qui se referme en passant devant la chambre de Yoléo.
- Bonne nuit chef ! La voix murmurée était féminine, Radichou se retourna et vit Xsandra qui déposait ses affaires dans sa chambre à moitié éclairée.
- Bonne nuit, mon enfant, répondit le vieux gnome, le bougeoir à la main, souriant par-dessus ses bésicles.
Il passait devant les portes des Poètes, quand soudain il revint trois pas en arrière.
- Tiens ?
Il n'avait pas eu la berlue, un petit papier blanc dépassait de sous une porte. Il se pencha en grognant pour saisir le morceau tout en prenant garde de ne pas faire couler de cire de son bougeoir. Qui donc laissait traîner ses affaires ? Mais oh, attendez, il y a de l'écriture ! du Commun qui plus est. Jolies lettres. Il emporta le papier et déverrouilla la porte de sa chambre, qui portait le numéro 2. Il soupira en devinant dans le noir du couloir les neuf autres premières portes qui fermaient des chambres condamnées pour la plupart. Il s'arrêta un instant, clé dans la serrure, cherchant à retrouver les fantômes des amis disparus dans les ténèbres. Rien, comme toujours. Seuls quelques ronflements s'échappaient de derrière l'épaisse porte de Grenor. Il ne restait plus grand monde, de ceux qui avaient construit cette institution avec lui. Radichou secoua la tête.
- Tu n'es qu'un vieux fou, lorsque tu es fatigué, tu ressasses toujours le passé, se sourit-il tristement. Il fit jouer sa clé et prit garde à ne pas faire grincer sa porte trop fort. Sa chambre cossue l'attendait. Nombre de trésors amassés au fil de ses aventures jonchaient la pièce dans un désordre apparent. Pourtant, pour Radichou, tout était bien à sa place. Photo de Pareyla, morceau de set sergé de son frère, livre de prières de Pom, gnomaroïd de Tënya en train de sourire. Il fit jouer une petite manivelle sur le côté de son bureau en bois de cajou, un roulement sourd ronronna, puis une boule transparente dans une châsse de laiton clignota, et s'alluma, diffusant une douce lumière dans la chambrée. Il s'assit dans son confortable fauteuil de velours rouge, haut comme trois gnomes, envoya valser ses pantoufles le plus loin possible et déplia le papier ramassé dans le couloir. Tout en baillant, Radichou rajusta ses bésicles, cherchant à puiser quelques ultimes forces pour s'assurer l'énergie de poursuivre sa lecture après sa sortie mouvementée mais ô combien agréable.

Que sont mes amis devenus ? Encore un soir seule à penser à eux. A ma vie, de là-bas. "Là-bas", quelle ironie. Si l'Ordre me voyait. Combien de dimensions encore à franchir pour transmettre mon rapport ? J'ai épuisé toutes mes feuilles de cristal ridulien de Wallach. La Mère Supérieure rirait bien. Le pire, c'est que cela m'est égal à présent. Je repense à cet endroit que j'ai quitté, en tout point semblable à ici, mais tellement différent. Je suis allée prier à la Cathédrale d'Hurlevent. L'Archevêque Benedictus, ici, ne me connait pas. Alors que là-bas... J'y avais fêté mon mariage avec le beau Drayke, où plein de gens que je ne connaissais pas vinrent. Ironie du sort, mes affaires de mariage ont été "transportées" avec moi. J'ai toujours ma robe et mon chaperon. Douleurs textiles des temps passés, draps de fantômes qui me tourmentent ! Je n'ai pourtant pas la force de m'en débarrasser. Solitaire "veux-tu m'épouser" et roses blanches... Ces objets me rappellent cet homme que j'ai aimé et qui m'a aimée.
Drayke... Ce m'as-tu vu de mage qui faisait le beau à Auberg...dine pour épater la galerie... J'étais toute émerveillée quand je voyais comment il commandait aux éléments.
Et Killan, le druide elfe qui m'avait escortée depuis le Goldshire jusques à Darnassus... Nous avions fait un long voyage. Je me revois, accoudée au bastingage d'un grand navire sur la Grande Mer, et ce Killan de m'avouer ses sentiments envers moi. Naturellement, mon éducation m'avait blindée contre de tels assauts (nota: et puis pourquoi un elfe irait s'intéresser à moi ?), le druide n'en était pas moins touchant.
Mais c'est en étudiant chez les elfes de la nuit que je rencontrai cet humain mystérieux, avec ses tresses noires et sa fine moustache, il y avait une telle force et un tel éclat dans son regard. Il m'avait toujours protégée dans les contrées sauvages. J'ai fait la connaissance de Zeykielle, sa fille, qui avait deux printemps de moins que moi, et qui avait vécu un tel traumatisme qu'elle en avait perdu la parole. Mais elle s'exprimait si clairement, il suffisait de lire dans son coeur pour interprêter ses signes. Il m'en souvient encore lorsque nous partîmes enquêter sur les Défias en le Westfall, nous trois, eux déblayant le chemin, et moi récoltant les indices. C'est à cette époque que je rencontrai cette elfe de la nuit qui se passionnait pour l'ingénierie des gobelins, Lüne... Ma meilleure amie. Elle aussi disparue, perdue de l'Autre Côté. Elle avait un petit talent de monte-en-l'air, et un sourire mutin. Jamais je n'oublierai sa façon de se lisser l'oreille pensivement. Inconsciemment, je faisais la même chose en replaçant une mèche derrière mon oreille. Elle m'avait appris quelques notions de Darnassien. Je nous revois encore place de la Cathédrale la nuit "Non, répète encore : Ishnu dal Dieb" "Iche nous d'à le dièbe ?" "Bon, nous avons une longue nuit devant nous". On cancannait joyeusement toutes les deux, j'ai même dormi avec elle pour la veiller lorsque son fiancé l'avait quittée. J'étais toujours là pour elle et je suis... Partie. Mes côtes se souviennent encore de ses coups de coude lorsqu'elle me parlait de Drayke en gloussant, et moi de rougir de confusion ! Bien sûr que cet homme m'attirait. Je crois bien que j'étais bien amoureuse. Je repense à sa tête, un soir où je lui avais avoué être attirée par lui sans trop savoir d'où cela venait, et lui avoir dit "je vous vois comme un protecteur", il n'avait pas apprécié du tout ! Pourtant, à la lueur de la lune, au village de la Colline aux Corbeaux, c'est là que nos lèvres se scellèrent pour la première fois.
Je me rappelle de toutes les démarches auprès du clergé pour obtenir l'autorisation de mariage, le clin d'oeil de l'Archevêque d'alors, et la somptueuse cérémonie qui clotura notre union. Drayke vivait à bord d'un navire accosté à Theramore. Curieux fait, il est au même emplacement que celui de notre amiral Radichou, le "Bidibulle II", j'ai parfois des flashes de ma vie d'avant qui se superposent à ce que je vois lorsque je me rends là-bas. Ce que j'évite, d'ailleurs.
Ici en ville, les gens sont agressifs, je ne comprends guère leur langage, je suis noyée sous les cris, les gladiateurs qui cherchent des compagnons en quête de gloire illusoire, les cris d'insulte qui bondissent en échos à travers les murs des donjons et dont tout le monde profite. Point d'intrigues amoureuses, de longues soirées passées à consoler les amies, à pleurer mon amour perdu à tout jamais. Drayke était parti en éclaireur dans cette maudite région, l'Outreterre. Je ne l'ai revu qu'un fugace instant, son coeur battait, mais il s'était vu mourir. Etrange non ? Et Zeykielle qui avait retrouvé la parole...
Là-bas, il y avait aussi ce clan de Nains, de la famille du seigneur Paldenbadin, que je connus par l'intermédiaire de Katarina, la naine paladin dont les parents tenaient l'auberge de Thelsamar. De fortes personnalités qui m'emmenaient me mettre du sable plein les bottes dans des ruines au sud de Kalimdor, ou guérir les brûlures des groupes dans les sous-sols du mont Blackrock... Oh, chose très étonnante, certaines similitudes restaient cela dit. Là-bas, il y avait un Prowl, elfe de la nuit, à qui j'avais fait rencontrer les "Fées de Darnassus", mes amies d'alors, que nous avions rejointes avec Lüne. Etranges destins que les nôtres.
Oui, il y a un Prowl, ici. Il est aussi prévenant que l'autre, et lui ressemble étrangement. Il y a ici parmi ces "Poetic Loosers" des personnes vraiment adorables et qui comprennent d'où je viens. Hélas, leurs sourires ne sauraient effacer la blessure béante en moi, qui s'ouvre sur le douloureux souvenir de ce que j'ai perdu. Saurai-je passer outre, et quitter ce deuil, comme le soir du mariage de Lüne, où je jettai mon alliance dans le lac de Moonglade, le poing crispé et les larmes aux yeux ? Moi qui avait juré, comme tant d'autres soeurs, de ne jamais laisser transparaître mes émotions... La voix de la Discipline, me disait-on. Impossible pour moi, je préférais écouter mon coeur et me laisser baigner par la Lumière. J'ai voulu apprendre à contrôler mes sentiments, je me les suis pris en plein coeur, l'âme à nu. Ici, il ne me reste que la prêtrise et savoir que je puis me rendre utile aux gens, à ces amis qui m'ont accueillie, en continuant à faire abstraction de ce moi qui m'a fait si mal avec tout ce que j'ai perdu. Je me sens cependant coupable, comme si j'oubliais ceux de là-bas. Et mon Drayke...
Trève de lamentations pour aujourd'hui, les matines vont sonner et je dois me préparer pour l'office.
S.C.Q.V.d'E. rapport 745 à destination de Wallach IX.

Radichou n'avait pas la berlue, tout ce texte sur un seul bout de papier ? Magie ?! Incroyables révélations ! Il sauta de son fauteuil, ouvrit la porte de sa chambre, et courut dans le couloir. Il en avait oublié sa bougie, mais il connaissait l'emplacement des chambres par coeur. Il s'arrêta et regarda le pannonceau de cuivre : "Soeur Chenoeh". Il frappa à la porte. Aucune réponse. Il tourna la poignée, mais le verrou était mis. Il sortit alors son passe-partout et entra dans la chambre. La fenêtre était ouverte, et certains papiers éparpillés à la bise nocturne à travers la chambre spartiate de la prêtresse. Personne. Radichou soupira et trotta jusqu'à la fenêtre pour la refermer. En revenant vers le couloir, il rajusta son peignoir, et trouva par terre, dépassant de sous le petit lit, un dessin d'un homme et d'une femme. L'homme avait les cheveux bruns attachés en deux nattes sur le devant des épaules, et une petite frange séparée en deux au milieu du front, ainsi qu'une fine moustache. La femme, il la connaissait bien, du moins le pensait-il alors. Sa coupe de cheveux était celle de dame Vinny, mais son visage en coeur et ses grands yeux étaient bien à Chenoeh. Il lut, fort indiscrètement d'ailleurs (mais ce n'est pas à l'auteur de faire des remarques sur la vilaine curiosité des gnomes) une sorte de dédicace d'une écriture inconnue : "Un croquis de nous deux lors de cette mémorable soirée en ville, pour toi Violette avec tout mon amour". Signé D.d'E.
Radichou rougit de honte et replaça l'image incognito avant de regagner, penaud, ses pénates. Il sourit malicieusement néanmoins... Eh eh eh, Violette... Ca sonnait mieux que Mireille !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Dim 3 Aoû - 9:14

Très joli texte

Bien espacé et bien formulé (c'est pas moi qui ferais sa ^^)

La curiosité de gnomes, quand j'y repense, j'ai pas vu de gnome si curieux Wink

A quand la suite ? ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Ariale
Ménestrel(le)
avatar

Nombre de messages : 704
Où c'que j'suis : Sur mon Drake du néant, ou mon mecanotrotteur ...enfin toujours en vadrouille ^^
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Dim 3 Aoû - 18:34

Très beau Radichou ...comment ça les gnomes sont curieux? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amôn
Noob
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 41
Où c'que j'suis : Bosquet des anciens
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Lun 4 Aoû - 9:02

Excellent, je suis resté jusqu'à la fin du film.

Le public exige une suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amonia
Ménestrel(le)


Nombre de messages : 786
Age : 34
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Lun 4 Aoû - 10:02

Toujours aussi magnifique study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madoushi
Troubadour
avatar

Nombre de messages : 448
Age : 31
Où c'que j'suis : Dans mon musée empli de mes collections...Oui j'ai la Collectionite Aigue et j'assume !!
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Lun 4 Aoû - 13:50

C'est magnifique et romantique à souhait chef...encooorrreeeuuuhhhhhh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morberius.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Lun 4 Aoû - 19:21

Need une suite ! lol aller, SVP cheeeffffeeuuhh

(merci de m'avoir mit dans le texte au faite xD)
Revenir en haut Aller en bas
Bachia
Troubadour
avatar

Nombre de messages : 471
Age : 37
Où c'que j'suis : A la taverne de la Loose
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Lun 4 Aoû - 19:41

Radichou schizophrène ? Chenoeh schizophrène ?
Un texte merveilleux, pleins de références, c'est formidable. Un grand bravo !

Mais savez vous que Bachia Maelgon viens de Théramore. Sa mère travaillait jadis à l'auberge, et son papounet à l'écurie Smile
Azéroth est petit...

Je me permettrais un "GG" Radi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yachiru
Ménestrel(le)
avatar

Nombre de messages : 658
Age : 24
Où c'que j'suis : Devant toi en train de prendre les coups
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Lun 4 Aoû - 23:44

clap...clap...clap... très beaucoup bien ! J'aime vachement beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
komodor
Loser
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 26
Où c'que j'suis : bah en face de toi!
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   Mar 5 Aoû - 8:33

c'est sympathique, bien formulé, faut juste avoir le courage de le lire!^^ juste une question : pourquoi ta chambre c'est le numéro 2?^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un morceau de papier trouvé en rentrant de Karazhan...
» morceau du jour
» Papier collant impression
» Test papier transparent autocollant Micro Application
» Le Papier Toilette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh :: Poésies-
Sauter vers: