Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Sans titre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vidin
Ménestrel(le)
avatar

Nombre de messages : 769
Où c'que j'suis : Lyon, sinon un peu partout
Date d'inscription : 08/01/2007

MessageSujet: [Sans titre]   Ven 11 Fév - 14:35

La plume a été arrachée et réveillée, la chandelle brûle et pleure depuis des heures
Il écrit avec minutie et attention, son brouillon à côté largement agressé.
C'est un poème, un beau poème, plaisant à lire, charmant parfaitement l'oreille,
Décrivant son aimée comme le plus précieux des diamants, une belle obsidienne.

Il n'aime pas spécialement les obsidiennes mais ça à l'avantage de rimer dans son poème
Et puis c'était plus facile de trouver en tant que joaillier, il ne souhaitait pas y passer la nuit.
Il alla se coucher espérant que demain, les émeraudes et les rubis ne feraient pas que lui sourire
Il laissa la plume dans son sang et oublia de consoler la bougie qui continua de pleurer en silence.

Le joaillier recommença souvent, égoïstement, sans originalité aucune, le stratagème.
Et puis, bon travailleur, il devint riche, plus simple encore fut d'acheter des cadeaux.
De l'orfèvrerie à foison amenait aux mêmes conséquences plaisantes pour l'homme
Et il ne s'en priva pas.

Et puis, il y eut un drame, sa femme fut presque terrassée par un mal inconnu
Mal qui la rongeait de l'intérieur, du bassin jusqu'à la tête, une chaleur épouvantable.
Plus d'une fois, le sang coula sur ses cuisses sans raison, un sang aux reflets de rubis
Il faisait des rêves où le feu en elle était insufflé par des corbeaux pour la rôtir et la manger.

Elle s'en sortit, miraculeusement, et le joaillier se mit à l'aimer différemment, pleinement
Il avait eu si peur de la perdre, de se retrouver seul, il n'avait jamais ressenti ça.
Et c'est devant elle, devant les médecins qu'il se mit à pleurer et à parler comme jamais
Il savait ce qu'il disait, son cerveau, son cœur, ses tripes sortaient avec ses mots.

Il voulait à présent être comme Paris pour Hélène, prêt à risquer une ville pour elle
Il parlait, parlait, pour lui surtout, il ne pensait absolument pas faire une déclaration d'amour,
Mais la flamme des yeux de l'obsidienne se réveillait, s'allumèrent et pleurèrent, en silence.
Tant de spontanéité, de franchise émurent même les médecins, des frissons parcouraient la pièce

Le passé était le passé, pas renié, pas idéalisé, pas accepté non plus mais réfléchi.
Le présent est un don, si fragile, si précieux avec elle que les pierres n'ont plus leur place.
Le futur est une chance, un espoir qu'il réalisera pour elle et lui, pour leur bonheur commun.

L'homme est toujours joaillier mais c'est complémentaire de l'essentiel
Il écrit encore parfois, mais jamais à date fixe, sans arrière-pensée, par envie, par plaisir.
Ce sont toujours des lettres d'amour mais tout y est, la sincérité et surtout la complexité d'un tel sentiment.

...

Si vous avez une proposition de titre, je n'arrive pas à trouver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radichou
Grand Bricoleur
avatar

Nombre de messages : 4635
Age : 35
Où c'que j'suis : Au bureau de la loose
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [Sans titre]   Lun 14 Fév - 15:00

Hum, pas évident pour le titre.
Je ne réponds que maintenant parce que, après la première lecture, je me suis dit "houla, pour l'apprécier, il faut le lire plusieurs fois, et prendre son temps, et pas vite fait entre deux bouchées de sandwich à la pause déjeuner au bureau".

J'essaie de résumer, tu me dis si je me trompe :
Ton poète écrit une poésie sans se fouler ("mais ça a l'avantage de rimer", "c'était plus facile", "il ne souhait pas y passer la nuit"), cherchant l'argent facile (demain, les émeraudes et les rubis ne feraient pas que lui sourire). Il a des facilités, et travaille un minimum ("minutie et attention", "brouillon agressé" : idée de boulot, l'homme connait son affaire). Mais il pourrait largement mieux faire (c'est pour ça que la bougie pleure ?).

"Stratagème", "recommence souvent", on a affaire à un poète qui fait des poésies pour avoir à manger, c'est son boulot alimentaire ?

Je n'ai pas compris cette phrase, peut-être faut-il revoir sa tournure ? "De l'orfèvrerie à foison amenait aux mêmes conséquences plaisantes pour l'homme". Oui, ça lui a rapporté des sous, quoi, mais je trouve ça un peu tarabiscoté ! tournure peut-être un peu lourde ? Je ne sais pas trop !

Le coup du drame (c'est quoi, elle a ses règles ?), et le gars se met à ressentir les choses, et surtout, il arrive à les exprimer.
Bonnes strophes je trouve Smile
Je ne comprends pas ce que vient faire la phrase :
"Mais la flamme des yeux de l'obsidienne se réveillait, s'allumèrent et pleurèrent, en silence."
Alors, pourquoi ? Surtout que ce silence contraste avec l'homme qui parle, parle. Je ne saisis pas ce que cette opposition silence et larmes d'obsidienne au mec qui a peur et parle, parle.

La strophe passé/présent/futur, pas mal du tout.
Ta strophe finale est bien, mais le premier vers est, je pense, compliqué pour rien, avec la formulation "mais c'est complémentaire de l'essentiel", ça sonne lourd, et un tantinet maladroit (AMHA).

Sinon bonne construction, bravo Vidin !

Après, pour le titre, je dirais qu'il n'y a que toi pour le trouver, mais nous pouvons, ici, te donner quelques pistes en te donnant nos regards extérieurs à ton texte. Puisse ma pseudo-analyse bon marché t'y aider, cher Poète !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vidin
Ménestrel(le)
avatar

Nombre de messages : 769
Où c'que j'suis : Lyon, sinon un peu partout
Date d'inscription : 08/01/2007

MessageSujet: Re: [Sans titre]   Lun 14 Fév - 16:51

L'image des émeraudes et des rubis est pas évidente effectivement, du coup, ça fausse un peu l'interprétation ... C'est une image, les rubis sont rouges et symbole des lèvres, les émeraudes verts, symbole, eux, des yeux de la femme. Du coup, c'est pas vraiment de l'argent qu'il cherche avec ce poème mais plus des relations purement et simplement physiques. La bougie qui pleure et la plume arraché, c'est pour montrer le calcul dans cette écriture avec aucune autre considération que celle de sa propre personne. Pareil pour "mais ça a l'avantage de rimer", "c'était plus facile", "il ne souhait pas y passer la nuit".

Et il recommence, recommence. Du coup, la phrase "De l'orfèvrerie à foison amenait aux mêmes conséquences plaisantes pour l'homme" prend certainement un autre sens maintenant.

Pour les larmes d'obsidienne, ne sachant pas que ce sont les yeux de la femme, ça peut sembler étrange effectivement ...

"mais c'est complémentaire de l'essentiel" ... Effectivement, c'est particulièrement lourd ...

En espérant t'avoir éclairé Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Sans titre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Sans titre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Sans titre]
» Terres de Feu ... Titre : "Le Brise-Flammes"
» Le tueur Sans-Visage - Le retour
» Une rumeur, un murmure sans nom...
» Ecran titre taille? [résolu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh :: Poésies-
Sauter vers: