Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une étrange disparition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Radichou
Grand Bricoleur
avatar

Nombre de messages : 4635
Age : 36
Où c'que j'suis : Au bureau de la loose
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Une étrange disparition   Jeu 21 Déc - 15:39

Bon bin un petit texte pour vous dire que mon reroll mage elfe de sang sera sûrement sur Médivh hihihi

Citation :
"Rooooockfairyyyyyyyyy !"
La voix stridente d'un gnome stressé résonnait dans la bicoque métallique.
Deux couettes dépassaient d'un épais grimoire à la sombre couverture, on pouvait lire, écrites en gnome, des lettres tarabiscottées qui signifiaient "mater son mari SANS sa succube, par Her Professor von Windied". Un soupir s'échapa de derrière le livre ouvert. Des petites mains menues et graciles refermèrent l'ouvrage. Une gnomette se tenait assise confortablement au coin d'une chaudière suintante. La douceur de ses traits contrastait étrangement avec les tuyaux, tables de métal, petits lits à vapeur et tous ces mécanismes curieux dont l’utilité était encore à découvrir.
Ainsi vivent les gnomes, excentriques et ayant le goût du luxe. La gnomette actionna un petit levier près du bras de son confortable fauteuil de velours, et celui-ci, dans un doux chuchotement de vérins hydrauliques, descendit de quelques mètres pour se retrouver dans la pièce du bas.
Rockfairy, la maîtresse des lieux, sauta hors du fauteuil et posa le livre sur une table où étaient étalés des listes d’inscriptions pour des excursions touristiques au Cœur du Magma, une carte de la guilde des Ingénieurs Gnomes, des produits de beauté, des fragments d’âme souvenirs, et quelques bâtons de dynamite.
Elle sourit tendrement. Son mari, le névrosé Radichou, courait dans tous les sens. Il la faisait craquer quand il semblait préoccupé comme ça, sa moustache et sa barbichette, toujours soigneusement entretenues, filant de part et d’autre de la petite maison tranquille, en banlieue de Gnomeregan-la-Dévastée, sous la neige de Kharanos.
Radichou, gnome démoniste, et très fier d’être l’époux de la princesse de son cœur, venait de s’enfouir sous une pile de gadgets et autres bidules.
Rockfairy désespérait de lui faire mettre un peu d’ordre dans son atelier. Elle soupira, remit une mèche de ses cheveux rose saumon en place, dans un geste de tendre coquetterie, puis posa ses petits poings sur ses hanches.
« Mais que cherches-tu comme cela depuis ce matin, mon gnominouchou ? »
Une petite voix étouffée parvint de sous le tas de machins.
« Aaampf erche oin… é ! »
Elle leva les yeux au ciel en éclatant de son petit rire aigu qui le faisait fondre, puis entreprit de débarrasser les paquets de modulateurs en cuivre qui cachaient son mari. Une tête un peu dégarnie apparut alors, Radichou avait dans la bouche une espèce de tube de métal pointé vers le haut, il respirait de sous son tas d’inventions grâce à cela. Il portait également ses lunettes vertes, dont la lentille droite permettait de voir dans le noir… A moins que ce ne fut sous les vêtements ? On n’était jamais sûr de rien avec les gnomes…
Radichou marmonna, un grand sourire illuminant son visage fripé et fripon.
« erchi a rincheche hon heu eh hou hi ! »
« Môssieur Radichou Barbapépé Bidibulle von Radishoo, on ôte ses lunettes et cet affreux tube en thorium quand on cause avec sa femme chérie et adorée ! » s’empourpra Rockfairy.
Il retira ses accessoires de survie en milieu hostile, c’est-à-dire son propre atelier, et sourit tout timidement.
« Bin, merci ma princesse… c’est pourtant vrai que tu es chérie et adorée. »
« Ouais, ouais, tu m’as interrompue dans mes études démonologistiques, tu cherches quoi ? »
« Oh, euh un papier assez important en fait. Désolé de t’avoir dérangée dans ton important travail ». Il chaussa son monocle pour mieux considérer la toilette de sa femme. Celle-ci s’étira félinement, le reflet de ses boucles d’oreille scintillant sur le verre de Radichou.
« Mmmmmh ce n’est rien mon trésor, j’avais besoin de faire une pause. »
Le trésor en question s’approcha de la gnomette et la prit dans ses bras, la couvrant de baisers dans le cou.
« Ah oui, vraiment, une pause ? eh eh »
« Radichou, vous êtes incorrigible, et puis, hihi vous me chatouillez avec votre moustache d’abord. »
Rockfairy s’éloigna d’un air mutin et complice, ses lèvres carmin esquissant un coquin sourire en coin.
« Tatata, bas les pattes, mon beau gnome, dites-moi d’abord ce que vous cherchiez fébrilement sous ce tas d’inventions invendues ! »
Radichou semblait perplexe, et se gratta la nuque.
« Eh bien, tu sais, ce jeune elfe dont je t’avais parlé… »
« Mmmmh cela ne me dit rien très cher. »
« Oh vraiment ? Bah. En fait, c’était un elfe que j’ai connu lors de la seconde guerre. Il était apprenti à bord d’un destroyer, de la flotte des elfes… Je l’avais croisé une fois, à bord, en discutant avec un des officiers de l’amiral en chef Proudmore. »
Rockfairy s’assit sur un moelleux coussin vert, qui était destiné à amortir les chutes depuis le toît de leur maison, lorsque Radichou testait ses nouvelles capes parachutes l’été. Elle l’invita à poursuivre d’une inclinaison de la tête. Radichou lui sourit, se sentant heureux d’être avec elle, et poursuivit.
« Evidemment, pour un de ces grandezoreilles, il prenait tout de haut, il me demanda si j’étais l’animal de compagnie du quartier-maître… Je lui répondis que s’il continuait ainsi, il aurait affaire à mes canines aiguisées directement sur son postérieur »
Rockfairy pouffa discrètement.
« J’avais des informations à transmettre. Mon sous-marin, le Bidibulle, s’était… hum… « égaré » lors d’un brouillage de mon système de navigation en cuivre, que je voulais tester. Je m’étais retrouvé nez à nez face à deux imposants mastodontes des Ogres, ces forteresses flottantes, véritables cauchemars pour nos alliés. Le Grand Créateur devait veiller sur moi, l’ennemi ne m’avait pas repéré, je pus faire demi-tour en notant la position des deux bâtiments. J’avais donc un rapport à faire, et ce fut là que je connus cet elfe, à bord d’un navire de commandement.
Il était plutôt jeune et inexpérimenté, mais déjà plein d’a-prioris et de cette suffisance toute elfique ! Une première rencontre un peu explosive, oui. »
Radichou s’assit près de sa compagne, la berçant dans ses bras, puis reprit.
« Un jour, c’était grande tempête à la surface, et notre flotte essuyait pas mal de pertes pour défendre une plate-forme pétrolière prise d’assaut par les destroyers des orcs. Je vis les débris d’un navire elfique couler au fond de l’eau à travers le hublot du Bidibulle et les gnomes à bord grimacèrent… une perte de plus, c’était fâcheux. Je m’apprêtais à donner l’ordre de lancer les torpilles sur un bâtiment ennemi quand je vis une silhouette barbotter difficilement à la surface.
On m’amena le gyrotélescope et je pus voir un marin elfe s’accrocher désespérément à un débris de bois, inaperçu du combat de titans qui opposait un galion des humains à un mastodonte des ogres. Va savoir pourquoi, je me mis en tête de le sauver. Nous fîmes donc discrètement surface, entre les deux coques des imposants bâtiments de ligne qui s’échangeaient des amabilités à grands coups de canons, les détonations se mêlant aux coups de tonnerre. Il faisait gros temps, et la houle de la surface nous faisait nous accrocher à ce qu’on pouvait pour ne pas se cogner. J’ouvris l’écoutille de secours et, après m’être solidement sanglé, une lame imprévue ayant emporté nombre de mes frères sous-mariniers, me suis approché des débris flottants où ce naufragé se tenait désespérément. C’était un elfe, trempé, vêtements en haillons. Il m’avait vu et demandait de l’aide. Evidemment, j’étais bien trop faible pour pouvoir le porter. Mais je sortis mon pistolet lance-bouée d’un compartiment extérieur du Bidibulle. L’engin lança la bouée, que l’elfe reçut en pleine tête. Mais avec toute cette houle, comment viser convenablement ? tu me connais, je n’aurais jamais fait exprès une chose pareille… »
Il marqua une pause avec un petit sourire sadique, puis ajouta :
« L’elfe attrapa donc la bouée, et le treuil du sous-marin tira notre naufragé vers moi. Je l’aidai à monter à bord. Il était trempé, fatigué, décontenancé, mais reconnaissant. Il s’exprima dans son accent de Quel-thalas… »
« Merci à vous maître gnome, je suis étonné que nous nous retrouviions dans de pareilles circonstances. »
Tu l’avais sans doute deviné, c’était l’elfe qui s’était gaussé de moi à bord du navire amiral.
« Mais je vous en prie, ajoutai-je, bienvenue à bord du Bidibulle, mon bon ami, prenez place, et séchez-vous près de nos évents. Suivez-moi au petit salon, nous serons bien plus à l’aise. Bafichu, referme l’écoutille, emplissez le ballast, on replonge mes amis, on retourne à Austrivage déposer notre petit paquet surprise ! »
L’elfe était surpris de trouver autant de confort, et me suivit, voûté, dans le salon. Evidemment, ses grandes guiboles lui faisaient prendre beaucoup de place, mais nous fîmes contre mauvaise-fortune bon cœur, comme disait tatie Prenlechou. Je demandai à ce que l’on apporte du thé. Je pus interroger mon passager d’infortune.
« Eh bien, mon bon ami, que faisiez-vous à bord de ce navire ? en quête d’autres animaux de compagnie ? Les ogres sont chatouilleux quand on s’approche de trop près de leurs léviathans… »
Tu imagines bien que l’occasion était trop belle pour que je lui renvoie sa pique, hin hin hin. L’elfe haussa un sourcil puis m’avoua tristement :
« Vous savez, gnome, j’étais envoyé depuis Lune d’Argent pour aller étudier à Dalaran la magie, mais j’étais sans le sou. Même les elfes doivent trouver un moyen de payer leur voyage… j’étais donc chargé d’apporter un paquet de fromages dans les meilleurs délais à la ville des mages… » L’elfe se rembrunit, fronçant les sourcils à l’évocation de ces souvenirs humiliants.
« Et notre navire de transport s’est donc retrouvé perdu dans la tempête, pour tomber proue à proue au cœur d’un combat naval… Quelle infortune, funeste et tragique destin… jamais je n’étudierai les arcanes comme je l’avais souhaité… »
Il sanglota. Cet elfe me semblait bien pleurnichard, il avait plutôt l’air miséreux, tout courbé pour ne pas se cogner la tête dans mon salon privé, la tête dans ses mains. Je regardais les ultimes traces du combat furieux qui se déroulait à la surface s’éloigner de nous, à travers le hublot. Le tonnerre et la canonnade résonnant de plus en plus faiblement sous l’eau calme de l’océan. Les bras dans le dos, je lui suggérai, lissant ma barbe :
« Eh bien, une chance que nous soyons passés par ici mon cher… euh… quel est votre nom au fait ? »
L’elfe releva la tête, se cognant l’arrière du crâne sur une voute en bronze richement ciselée.
« Lölindirvirgielniwëædilthyfirnuvatar » fit-il dans une étrange mélopée propre à sa langue. Mouais, tu me connais, moi et l’elfique…
« C’est bien compliqué comme nom ! »
« Oh, ce n’est qu’un raccourci audible pour les gens dont l’oreille n’est guère habituée à nos consonnances évoluées. »
« Certes, mais votre nom d’adoption, car vous avez été recueilli à bord d’un sous-marin gnome, sera Marmouset. C’est plus simple. »
« Marmou… quel affront ! Jeune impudent ! ce n’est pas parce que je vous dois la vie que… »
« Tatata, fis-je en souriant généreusement, ne me remerciez pas, ainsi serez-vous connu par la gent gnome ! Vous serez toujours bienvenu parmi nous… Marmouset. »

Radichou marqua une pause.
« C’est ainsi que j’ai connu cet elfe qui venait régulièrement me rendre visite après la guerre. Il s’était fait à ce nom, et tout Gnomeregan l’appelait ainsi. C’était un véritable ami des gnomes, et à la maison, c’était la fête quand nous le recevions. Ces gens-là ont beau être de réputation lunatique, va savoir pourquoi, celui-ci venait chaque année prendre des nouvelles depuis Lune d’Argent. Il m’avait écrit il y a longtemps, me disant qu’il avait enfin commencé à étudier la magie, sa carrière s’étant interrompue toutes ces années pour une raison que j’ignore encore. Et là ma rouchougnounoute d’amour, je cherchais sa toute dernière lettre ! Elle était pleine de mots incompréhensibles, mais je crois qu’il demandait de l’aide… enfin j’aimerais bien la retrouver, cette fichue lettre, pour la relire calmement et essayer de comprendre ce qu’il veut. »
Rockfairy se pelotonna contre lui. Elle le rassura.
« Mais tu la retrouveras, mon chéri, et qui sait, peut-être le reverras-tu très vite ? Quand l’as-tu vu pour la dernière fois ? »
« Oh tu es choute ! eh bien c’était quelques mois avant… la chûte de notre glorieuse cité. Depuis, rien, sauf cette mystérieuse lettre. »
Radichou regarda au dehors. La neige tombait drûe derrière les épais carreaux ronds de leur maisonnette, une belle tempête de neige soufflait fort. Ils étaient bien au chaud, sa femme adorée et lui, dans leur bicoque en banlieue de Gnomeregan.
« Oui, soupira-t-il, le regard dans le vide, je me demande ce que Marmouset est devenu aujourd’hui. »


Au dehors, abrité en partie sous un sapin qui lui fouettait le visage de ses branches pleines d’épines, sous les flocons qui dansaient, portés par le vent hurlant, une ombre élancée se cachait derrière le tronc. Deux lueurs vertes se distinguaient à travers le blizzard qui soufflait. Un regard plein d’amertume, de rancœur, et de tristesse. L’ombre aux yeux verts se drapa sous sa cape en claquant des dents. Elle éternua. Une voix plantive et pleine de menace, étouffée par le vent murmura « Cela fait bien longtemps, maître Radimou… Ainsi mon sort ne vous a pas ému plusque cela lorsque j’ai voulu apprendre à maîtriser les arcanes auprès des vôtres… Ce funeste besoin qui me suit et me hante, n’avez-vous su lire ma détresse ô combien abyssale ? Aucune réponse, le néant, alors que j’avais demandé l’aide d’un vieil ami… Soyez maudit, pour l’éternité »
Il serra les poings, et s’enroula dans sa cape, dans un geste plein de superbe, mais éternua violemment, et sa tête cogna une branche du sapin, ce qui fit choir tout un tas de neige qui le recouvrit. Ses yeux verts scintillaient de malice et perçaient à travers le tas de neige. C’était un elfe. Un elfe de sang. Et horriblement vexé que ses effets dramatiques aient été coupés par son éternelle maladresse. Couvert de neige et immobilisé, il voyait la maison de métal de Radichou et Rockfairy, et une douce lumière perçait à travers la fenêtre, décorée de guirlandes illuminées pour la fête du Voile d’Hiver. Le cœur de l’elfe était perdu… souvenirs d’une amitié qu’il considérait comme brisée, sentiment de trahison, envie envers son ancien ami qui était au chaud alors que lui, mage de Lune d’Argent, était coincé sous un tas de neige…

Depuis son coquet intérieur, Radichou se leva et alla voir par la fenêtre, une tasse de thé au chardonnier à la main. En portant la tasse à ses lèvres et en plissant les yeux, il s’étonna devant Rockfairy :
« Tiens, mon tendre amour, les petits lépreux de la voisine ont fait un nouveau bonhomme de neige, et ils ont eu l’ingénieuse idée de placer deux malachites lumineuses pour faire les yeux… C’est drôle, viens voir, la forme du tas de neige me fait penser à cet elfe dont je te parlais, ce fameux Marmouset ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amonia
Ménestrel(le)


Nombre de messages : 786
Age : 34
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: Une étrange disparition   Ven 22 Déc - 13:52

C'est toujours un plaisir que de te dire. Encore bravo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une étrange disparition   Mar 9 Jan - 5:24

Je n'avais pas encore pris le temps de lire ^^''
Une fois de plus , j'adore Smile
Marmouset n'a pas finis de faire rire Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une étrange disparition   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une étrange disparition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une étrange disparition
» Ville de Gamla Stan - DISPARITION DE GAMLA STAN - R.I.P
» [1500pts]-Liste que je trouve étrange...
» [Hors sujet] Les animaux en voix de disparition
» Disparition d'une sauvegarde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh :: Poésies-
Sauter vers: