Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Fin des Griffes d'Ysera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Madoushi
Troubadour
avatar

Nombre de messages : 448
Age : 32
Où c'que j'suis : Dans mon musée empli de mes collections...Oui j'ai la Collectionite Aigue et j'assume !!
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: La Fin des Griffes d'Ysera   Jeu 12 Juil - 21:12

« Rien ne dure à tout Jamais, ni les elfes, ni les dragons, ni quoi que se soit d’autre…non rien n’est éternel ou presque…»

Tel était l’étrange phrase qui m’avait été murmuré à travers un rêve merveilleux, un rêve vieux de dix milles ans. La dernière fois ou j’avait fait se rêve c’était au cœur du royaume d’émeraude de la dame des rêves. Dans se songe, les forces dévastatrices de La Légion Ardente n’avait jamais pausé leurs pattes maudites sur le sol pur et immaculé d’Azeroth ni approché leurs griffes démoniaques du mystique et mythique Puit d’éternité et encor moins corrompus notre lumière des lumières, la merveilleuse et innocente Azshara…Le monde était parfait tel que les mystérieux Bâtisseurs l’avait laissé, à la garde des cinq grands aspects, et surtout tel qu’il aurait du être aujourd’hui et pour toujours.

Dans ma rêverie je n’était plus un simple soldat de la garde impérial de notre lumière, j’était le général en chef des armées Kaldorei, ma tendre et douce épouse était quand à elle la Grande Prêtresse du culte de notre mère la Lune à Suramar et nos deux enfants suivait quand à eux, au cœur de la vaste forêt d’Ashenval et aux pieds sombres du mont Hyjal, les mystérieux enseignements des druides auprès de Cénarius, le grand seigneur des forêt fils de la grande Ysera un des cinq aspect et de Malorne le Cerf Blanc, l’un des premiers être à avoir parcouru le monde parfait d’Azeroth.

Durant mon rêve chimérique, j’étais avec ma femme et mes enfants au cœur de Zyn-Ashari, les grandes places et le ciel de la capitale de l’empire était empli d’un vaste océan de couleurs. Dans les grandes avenues il y avait des être de tout types tel que les chamaniques Taurens des terres central de Kalimdor, les sauvages Furbolgs des forêts de notre empire, les étrange Quilboar du centre de la Terre de l’éternel lumière, les anciens et puissant Trolls des empires jumeaux Amani et Gurrubashi, les petits et mystérieux Fossoyeurs des citées souterraines édifié par les bâtisseurs, les jeunes et déjà ambitieux humains…bref il y avait tant et tant de races présentes et mélangé, c’était une visions tellement merveilleuses qu’une indéfinissable sensation de joie et de bien être avait envahie mon corps tout entier…Cependant la plus belle visions était l’océan de couleurs qui emplissait le ciel tout entier…d’un bout à l’autre de l’horizon ont pouvait voir passé des dizaines, non des centaines de créatures volantes, allant du petit papillon multicolore aux majestueux et titanesques dragons, mais se qui attira particulièrement mon regard fut la vision d’une femme oiseaux, accompagnant les plus grands de tout les dragons, les cinq Aspects gardien du monde sa ne faisait aucun doute, dansant avec une ribambelle d’oiseaux autour d’elle. Son nom me vint spontanément, elle était Aviana une des nombreuse divinités du mondes verts…Reposant mes yeux d’or sur la citée je fut surpris de découvrir que dans divers endroit de la capitale il y avait des zones que j’avait crut vide et qui en fait ne l’était pas, soudainement des êtres que je n’avait vue qu’en représentation et non physiquement apparurent dans c’est endroit laissé vide.

De chaque cotée du palais de la reine apparurent deux montagnes de fourrures, qui s’avérèrent être deux ours, deux ours jumeaux et gigantesque, d’après de vielles légendes il s’agissait d’Ursoc et d’Ursol les protecteurs de la nature et du peuple Furbolg. Allongé les yeux clos au pied de la statue d’ivoire de notre mère Elune, qui faisait face au puit d’éternité, je fut surpris de voir apparaître un être bicéphale, un chien gigantesque dont la fourrure était aussi blanche que les neiges éternelles du mont Hyjal, il semblait enveloppé d’une chaleureuse et protectrice lumière blanche teinté d’argent…Se fut ma tendre et douce épouse qui me murmura qui il était, il s’agissait de Présage, une des divinités du monde vert et le protégé béni de la guerrière de la Lune elle même. Suivant les conseils d’un de mes amis, qui dans la réalité avait succombé durant la guerre des anciens, je leva mes yeux vers le nord, vers l’entré de la capital. Jamais je n’aurait crut voir cela, mais il y avait la devant mes yeux un arbre pas comme les autres, celui la était aussi grand que la plus haute des montagnes connu par les miens, étrangement cet arbre me semblait avoir des formes féminine, c’est d’ailleurs grâce à cela que je put identifier quel divinité était cet arbres, il s’agissait de Aessina la déesse arbre, protectrice des forêts et arbres universelle ou toute créature volante devra un jours finir.

Retournant mon regard vers les rues et les places de notre ville glorieuse je distingua que sur l’une des grandes places d’émeraude, il y avait un regroupement important de Quilboar autour d’une zone vide qui en fait ne l’était pas. Comme surgissant des brumes, un gigantesque sanglier, bien plus grand que quatre Taurens réunis, couvert d’épine comme si il était l’œuvre d’un sordide croisement entre un sanglier et un hérisson. Se fut cependant grâce à ses épines que je reconnut cette divinité car la vision des gigantesques ronces, qui couvrait les terres arides des Tarides se trouvant juste au sud d’Ashenval, que l’ont disait être l’œuvre du sang d’un dieu qui était mort la durant la guerre. Il s’agissait donc d’Agamaggan, le dieu sans doute le plus sauvage et incontrôlable du monde vert, une chose était certaine, il ne valait mieux pas se trouver sur son chemin ni être son adversaire son regard montrait clairement la puissance qui était la sienne.

A cet instant de mon rêve je pensais avoir tout vue, mais j’étais loin d’être préparé à la vision qui s’imposa à mon esprit. Parcourant noblement les rues de la capitale, entouré d’un grand nombre de femme elfes au corps de cerfs que nos druides appelait Dryades et qui aujourd’hui était sans doute au bord de l’extinction vue le peut qu’ont pouvait en voir en Kalimdor, comme notre race toute entière d’ailleurs. Bref les dryades entourait un être gigantesque bien plus grand que la majeure partie des être se trouvant en Zyn Azshari. Tout comme les créatures qui l’entourait, l’être était à la fois elfe de la nuit et cerf, mais lui il était différent, plus grand, plus imposant sa puissance était perceptible dans son regard couleur de soleil, un de ses bras semblait fait du bois d’un arbre infiniment puissant, son visage était entouré d’une chevelure verte mélangé avec des feuilles et lierre, il était vraiment difficile de différencié sa chevelure de la partie nature, levant mon regard je fut impressionné de voir deux bois gigantesque semblant vouloir attrapé le ciel, son nom me vain assé rapidement car c’était cette divinité qui emplissait le plus nos mythes et légendes…il s’agissait de Cénarius le seigneur de toute les forêts et shan’do des druides. Je fut étrangement surpris en le voyant s’incliner devant moi, moi qui n’était qu’un simple elfe de la nuit parmi tant d’autres, cependant quand j’entendit un son qui me fit frissonner me rappelant l’un des plus dure moment de la guerre des anciens je compris que sa n’était pas devant moi que le seigneur des forêts s’inclinait, mais devant une divinité infiniment plus anciennes, puissante et tout de même proche de luis. Me retournant très lentement, je vis devant moi la divinité la plus ancienne de notre monde, le premier être à avoir parcouru les terres d’Azeroth. Il s’agissait d’un cerf…un cerf plus grand que la capitale, bien plus grand que le palais de notre reine. La ramure de cette créature était aussi blanche que la lumière de notre mère Elune, son regard était à la fois perçant et envoûtant…et ses bois gigantesque tourné vers le ciel pareil à deux mains, que les créatures qui emplissait le ciel évitait, semblait vouloir agripper les nuages et les étoiles…Cette divinité était Malorne Le cerf Blanc père de Cénarius et compagnon de la dame du rêve tomber durant la guerre sous les griffes d’Archimonde le démon érédar commandant en second de la Légion Ardente siégeant à la droite de Sargeras le Titan noir et seigneur éternel de l’armée démoniaque.

Se souvenir m’arracha un soupir qui me rappela que tout se qui m’entourait n’était qu’un rêve, mais un rêve tout de même merveilleux que je voulait voir duré à tout jamais...
Hélas en même temps que cette pensé jaillissait dans mon esprit, l’illusion de la dame d’émeraude commença à devenir un cauchemar, en effet les grands aspects dans le ciel commençait à se battre les uns contres autres, non en fait il semblait unis face au terrifiant dragon noir Neltharion dont le corps c’était soudainement recouvert de plaque d’adamantium, à présent le noble aspect de la terre était devenu l’être terrifiant connu sous le nom d’Ailedemort…un dragon qui aura su plonger le monde dans la terreur, car après chacune de ses apparitions tout n’était plus que chaos et désolation sur le lieu qui avait essuyé la fureur de sa folie. Dans l’instant présent, je revivait un des moment les plus atroce de la guerre des anciens, l’instant exacte ou le vol bleu…la volée de Malygos, l’aspect de la magie, avait été éradiqué par le disque d’or infâme appelé « L’Âme du Démon », et pendant que le vol bleu s’éteignait, faisant pleuvoir leurs reste sur notre merveilleuse citée, brisant des bâtiment et faisant pleuvoir d’énormes morceaux de roches tuant des elfes de la nuit, des trolls et tant d’autre races par centaine…cette merveilleuse visions tournait à l’horreur, soudainement je vit un majestueux dragon de bronze disparaître dans les eaux ténébreuse du puit d’éternité, relevant mon regard dans le ciel j’assistait à la fin de l’âge des dragons, les dragons noirs affrontant et massacrant les autres dragons se spectacle était tellement insoutenable que je me décida de reposer mon regard sur la citée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morberius.skyblog.com
Madoushi
Troubadour
avatar

Nombre de messages : 448
Age : 32
Où c'que j'suis : Dans mon musée empli de mes collections...Oui j'ai la Collectionite Aigue et j'assume !!
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: La Fin des Griffes d'Ysera   Jeu 12 Juil - 21:12

Je fut soudainement assaillit par une vision d’horreur, les démons de la légion était présent dans chaque rue de la vide et massacrait tout le monde, les gents du peuple comme les bien nées, cependant la tache ne leur était pas si aisé car les divinité de la nature qui était présente dans la capital se battait euh aussi, mais tout comme dans la réalité, je vie les divinités s’éteindre l’une après l’autre, en cet instant je voulait moi aussi me battre mais je ne semblait pas pouvoir me mouvoir j’était comme spectateur du massacre…pour la seconde fois je voyait mon peuple s’éteindre et notre belle citée partir en fumé et être inondé du sang de mon peuple, de nos invités et amis qui se mélangeait très lentement au sang des dieux et des dragons, alors que je pensais que rien ne pouvait être pire que se que je voyait, un son atroce de cassure qui n’avait jamais cessé de me hanté venait une nouvelle fois d’être émis, tournant rapidement la tête, je vit la grand cerf blanc s’effondré sans vie et derrière lui se tenait dans l’ombre celui qui jadis lui avait ôté la vie, bien que dissimulé dans l’ombre je le voyait jubilé de joie et de fierté par l’acte qu’il venait de faire, j’aurait tant aimé pouvoir bouger pour me jeter sur se démon bien que je savait qu’il me détruirait en un instant.

Tournant mon regard vers le corps sans vie du cerf blanc, je vit qu’il c’était effondré sur mes amis et me proches, et l’horreur atteignit son point culminant quand, dans le sang du plus anciens des êtres, je vit pour la seconde fois les corps sans vie de ma femme et mes enfants…s’en était trop je n’en pouvait plus, fermant les yeux et laissant mes larmes s’écouler sur mes joues, je ne voulait plus qu’une chose…que cela cesse. Il semblerait que ma prière fut entendu puisque soudainement tout ne fut plus que lumière, je pensais que cette lumière était celle du réveil, je me trompais car dans l’instant qui suivi la grande lumière, un son terrifiant qui avait marqué le monde emplissait le ciel…le puit d’éternité venait d’implosé fracturant ainsi le monde merveilleux que les fabuleux Titans avait mis tant de temps à conquérir et à remodeler espérant ainsi faire disparaître toutes traces des dieux très anciens…Dans un sens je pouvait m’estimer privilégié, j’était au première loges pour voir le monde tel que nous l’avions connus s’éteindre, la scène à la qu’elle j’assistait était à la fois horrible et merveilleuse, je voyait le puit se mettre à tourbillonné et la terre se déchiré, le ciel était empli d’éclaire, et en moins de quelques instant, autour de moi, il n’y avait plus rien si se n’est la grande mer et le tourbillon sans fin du Maëlstrom. A présent j’était seul, au milieu de l’océan Majeur dans un état proche du désir de mourir, ceci dit le sommeil du juste semblait m’être refusé car mon esprit fut assailli par des visions de scènes que je ne connaissait pas et que je ne comprenait pas non plus…Je vit les bateaux des biens nées franchir l’océan et atteindre les terre encore jeune du royaume d’Azeroth, je les vit s’implanté dans une terre au nord et la certain d’entre eux perdirent la tête et mourir peu après…le mal et la mort semblait régné dans ses terres, rapidement la vision changea et j’assista époustouflé à l’édification de la citée de Silvermoon, la création du puit solaire rempli par les eaux encore empli de magie du puit d’éternité, la création des pierre runiques afin de protégé leur capitale des influences extérieur, bien que méprisable je fut admiratif du pouvoir de création des Hauts Elfes et leur esprit car avec la création de la barrière, les effluves de magie ne pouvait plus atteindre le néant distordu, il fallait leur reconnaître cela, ils avait bien retenu la leçon. En moins d’un instant le temps s’écoula rapidement et je vit les trolls survivant de l’empire Amanni se lancer à l’assaut de Silvermoon, rapidement ils dévastèrent les petits villages avant d’attaqué Silvermoon, se fut à ce moment précis que les hauts elfes envoyèrent un messager quérir de l’aide des humains de l’empire Arathorien au sud, qui acceptèrent de les aidés en échanges d’un apprentissage de la magie…à cet instant précis je compris à travers cette vision que la menace du retour de la Légion devenait une réalité, cependant avec l’aide des humains le tournant de la guerre changea et la dernière trace de l’empire des trolls Amani fut balayé comme un fétu de paille. De nouveau la vision se changea devant un souvenir pour laissé place à autre chose…Cette fois si je connaissait les scènes qui m’était montré, pour en avoir entendu parler par les humains, il s’agissait de l’ouverture de la première porte des ténèbre par Medivh au fond du marais des Morasses Noir, par la suite vint l’arrivé d’un clan orc dont l’emblème était un Loup de Glace…il s’agissait du clan de Durotan le père de Thrall, l’actuel chef de le Horde, cependant ils partirent s’établirent vers le nord comme si il cherchait à se cacher. Une fois encore les images changèrent et se que je vit fut les guerres entre les humains et les orcs.

Se jeu d’image déferlante sembla durée une éternité, comme si j’assistait à l’évolution du monde…L’apparition du Roi Liche et du Fléaux, le retour de nos ennemis de toujours les démons de La Légion Ardente, La réouverture de La Porte, L’arrivé de nouveaux allié…des conflits à éternel, la mort des grands héros de l’Outreterre, par la suite l’ennemi de toute vie se releva de ses cendre reprenant le commandement de La Légion…Soudainement je vit des armée inconnus composé d’élémentaire se déversé sur notre monde balayant non seulement La Légion, mais aussi l’Alliance et la Horde…et finalement tout se termina part la destruction total d’Azeroth.

Cette scène abominable m’arracha à mon sommeil, clignant des yeux je regardait autour de moi pour m’assuré que j’était toujours en vie. La nuit était toujours aussi belle au-dessus de Darnassus, mais alors que m’était il donc arrivé, avait je rêvé tout cela ou était ce comme une vision, un appel de la dame, il fallait que j’en ai le cœur net. Après m’être levé en plein milieu de la nuit, je pris la décision de me rendre en Ashenval. Quittant l’enceinte protectrice de la cité, je dirigea mes pas vers le port de Ru’theran pour louer un Hypogryphe afin que sur ses ailes majestueuse je m’enfonce au plus profond de la forêt pour rejoindre une clairière connu des seuls initié de la dame, une des quatre clairières répartie dans tout Azeroth ou se trouve un portail direct pour rejoindre le Rêve d’émeraude.

Aux premières lueurs de l’aube j’était finalement arrivé devant le portail, la se trouvait les autres membres de la guildes, nous n’avions pas besoin de nous parler, nous comprenions que nous avions tous fait le même rêves et que nous répondions à l’appel du rêve, certes le silence autour signifiait que nous allions attendre fort longtemps mais cela ne nous importait guère car nous étions les soldats du vol vert, la main vengeresse d’Ysera et si à travers nos rêve la dame s’était directement adressé à nous c’était qu’il s’agissait d’un appel à l’aide et nous devions venir tenir notre serment quand bien même l’attente serait longue. Au bout de quelques heures, quand le premier rayon du soleil vint frapper le cœur du portail, une silhouette verte translucide se manifesta devant nous. Dix millénaires c’était certes écoulé mais notre mémoire n’avait pas flanché, devant nous venait d’apparaître la forme astrale de la grande Ysera.

Durant de longues minutes notre reine s’adressa à nous, nous expliquant que le mal frappait en effet sur tout les bord mais aussi dans son domaine et que par conséquent elle avait besoin de nous pour combattre les cauchemars mais qu’il était tout de même nécessaire que certains d’entre nous reste ici, de se coté du monde pour continuer à affronté les agents du mal afin d’évité que la vision qu’elle nous avait montré se réalise. Ouvrant ses yeux la dame nous fit comprendre que nous n’étions pas forcé de lui donné une réponse immédiate, et qu’elle comprendrait que nous refusions vue tout se que nous avions déjà accomplis. Nous aurions put certes refusé, mais notre lien avec la dame était trop fort pour refusé et c’est pour cela que comme un seul être nous nous relèvent tous en reformulant notre serment et avancèrent vers la porte du rêve. M’immobilisant devant la porte je vit mes compagnons disparaître, soupirant je fit demi tour, et m’adressant à la fois à notre dame et a mes compagnons encore présent, je leur expliqua que je ne pouvait pas partir avec eux, car il était nécessaire que quelqu’un reste en Azeroth pour préservé le souvenir des griffes et pour continuer la lutte contre les agents du mal. Mes compagnons comprirent mon souhait de rester et me promirent de me garder une place au chaud de l’autre coté quand ma vie s’éteindrait, regardant la dame j’implora sa clémence à genoux. De sa voix pleine de bonté elle s’adressa à moi en m’expliquant qu’elle savait que je serait l’un des seuls qui resterait encor ici, et pour me remercier d’avoir toujours été la avec mes compagnons elle me fit deux dont, le premier, de rester en contact avec mes frères et sœurs de guildes, et le second fut de m’offrir la possibilité de passez la porte quand je sentirait venir pour moi le moment de m’éteindre.

Avec respect je remercia la dame et le cœur lourd je fit mes adieux à mes amies…

Désormais Les Griffes d’Ysera n’existerait plus que dans nos souvenir et dans ceux des gents qui les ont connus. Quand le dernier des membres disparu en même temps que la projection astral de la dame je fit demi tour sa me retourné et prix le chemin qui me conduirait vers ma destiné…Moi Madoushi dernier rescapé des Griffes d’Ysera, gardien de la mémoire des Griffes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morberius.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Fin des Griffes d'Ysera   Mar 15 Jan - 1:56

J'ai tout stocké Madou, je lirais tout ça tranquillou au taf demain soir Wink
Revenir en haut Aller en bas
Gihel
Loser
avatar

Nombre de messages : 112
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La Fin des Griffes d'Ysera   Mar 15 Jan - 12:48

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Fin des Griffes d'Ysera   Mar 15 Jan - 13:01

Belle illustration rendant honneur au magnifique travail de Madou.
Revenir en haut Aller en bas
Ariale
Ménestrel(le)
avatar

Nombre de messages : 704
Où c'que j'suis : Sur mon Drake du néant, ou mon mecanotrotteur ...enfin toujours en vadrouille ^^
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: La Fin des Griffes d'Ysera   Mar 15 Jan - 20:28

Très belle histoire Madou ...je n'aurai qu'une appréciation : bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Fin des Griffes d'Ysera   Lun 10 Mar - 5:50

ça y est, j'ai pris le temps de lire ton texte Madou...Et je dois dire que j'adore Smile
Replonger dans l'hisoire d'azeroth m'a fait plaisir.
Merci pour se texte fabuleux !





ps: Et comme promis, le mot grossier : Grossier !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Fin des Griffes d'Ysera   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Fin des Griffes d'Ysera
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'origine des Griffes d'Ysera
» La Fin des Griffes d'Ysera
» [Recherche W40k ] Griffes Eclair
» Griffes de Tourment
» Évader des griffes du démon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh :: Poésies-
Sauter vers: