Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La légende de Radichou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La légende de Radichou   Dim 22 Juil - 13:45

Mais où donc ai-je mis ce document ? Un gnome vénérable, à la chevelure grisonnante déroulait frénétiquement une pile de parchemins. De temps à autre, il se levait brusquement de son fauteuil, trottinait du pas pressé caractéristique des gnomes du fait de leurs petites jambes. Il saisissait l’échelle coulissante reliée par un rail courant le long des bibliothèques qui tapissaient les quatre murs de son bureau privé. Il grimpait, malgré sa corpulence ramassée, quelques échelons, tirait de précieux rouleaux, documents fruit de ses recherches d’ingénierie et s’en retournait rapidement vers son bureau, sa nouvelle sélection sous le bras. La seule chose restant en bon ordre dans le cabinet du prince Navetchou était sa moustache en pointe qu’il lissait inconsciemment lorsqu’il était nerveux. Pour le reste, le dallage de Thorium riveté (acier noble pour les gnomes) était jonché de feuilles diverses. Quant au bureau, il était devenu une mer déchaînée où flottait au dessus des rouleaux l’emblématique bicorne du prince.

C’est paradoxalement dans la marine que ce savant fou s’était illustré quelques décennies auparavant ; ce qui, au regard de l’espérance de vie chez les gnomes, était négligeable. Paradoxalement car, comme on ne peut l’ignorer, cette race d’être de taille réduite au corps rebondit, n’avait que peu d’attirance pour l’eau. Leur morphologie trapue et leur centre de gravité plutôt bas les attiraient logiquement vers la terre ferme, les montagnes et les cavernes. Comme pour conjurer ses appréhensions, il avait mis au point dans le plus grand secret le Navybulle, prototype du premier submersible. A lui seul, il avait changé le cours de l’histoire dans une guerre navale extrêmement mal engagée. Après avoir conquis Kalimdor, les forces du mal, emmenées par le seigneur Ragnaros s’apprêtaient à débarquer sur le continent d’Azeroth. Certaines images devaient à jamais rester gravées dans la mémoire du prince Navetchou : les déferlantes de feu envoyées par les navires du redoutable et redouté seigneur Ragnaros, les bombes gnomes déclenchant des murs d’eau pour protéger, en vain, leurs embarcations, les rafales de vent invoquées par les elfes, venus en renfort pour la sauvegarde de la paix, retardant l’échéance, les navires métalliques gnomes transformés inexorablement en rôtissoires. Nul mot ne peut exprimer la vision de ces innombrables corps calcinés dérivants à la surface de l’océan, hantant encore parfois les pensées du prince. C’est à ce moment critique que le quartier maître Navetchou avait mit pour la première fois à l’eau son Navybulle expérimental. Déchiré par les cris de détresse de son peuple, son sang n’avait fait qu’un tour. Il avait fait un signe au machiniste, sauté dans son étrange engin. Un cliquetis de chaines métalliques, les écoutilles consciencieusement fermées, ce n’est pas sans une certaine appréhension qu’il avait vu le niveau de l’eau monter à travers le hublot. Rageusement, il avait actionné les moteurs et tiré sur le manche en cuivre. Grisé par une soif de vengeance, il était passé sous les lignes ennemis et avait envoyé par le fond, un par un, les navires des forces du mal. Défait, Ragnaros ne lui avait jamais pardonné et s’était juré d’avoir la tête de ce « petit ingénieur ». Les morts enterrés et la victoire copieusement arrosée, Navetchou avait obtenu ses lettres de noblesse et fait prince d’un territoire appelé Lakerock.
Mont dressé au milieu d’une vallée verdoyante, il y avait bâti, avec ceux qui lui vouaient une éternelle reconnaissance, une ville souterraine, un palais. Un long escalier serpentait jusqu’au sommet de la montagne. On parvenait alors dans un hall majestueux richement décoré de colonnes et arches de pierres. Un inquiétant gouffre plongeait là vers le cœur de la montagne où on pouvait apercevoir en contre bas un magnifique lac naturel. Une succession de ponts suspendus permettait d’y parvenir. C’est ici que le prince Navetchou avait fait ériger la ville dont la renommée jalousait même parfois le prince de Maraudon. Le lac et les rivières en découlant avaient été domestiqués par un astucieux système de barrages et écluses mis au point par le prince. Cela avait permis, dans un premier temps d’assurer les besoins énergétiques de la ville. Par la suite, il avait développé des pompes pour l’irrigation de la flore nécessaire à l’autarcie alimentaire, tout comme au renouvellement de l’oxygène, mais aussi, dans un souci de confort bien à son image, pour permettre à ses sujets de bénéficier de l’eau courante.
Inventeur de génie, travailleur infatigable, il était aimé et respecté de tous. Seule sa compagne, la princesse Navetchou, se plaignait, à juste titre, qu’il consacrât plus de temps à ses recherches qu’à leur couple.
Le royaume était prospère. Chaque année, le « Salon International de la Technologie Gnome », institué par Navetchou, attirait ses flots de visiteurs de toutes races, des quatre coins du continent. Les records de commandes, battus année après année, donnait du travail à chacun. Il fallait toutefois être vigilent car la réussite du royaume de Lakerock faisait naître quelques convoitises. Conscient de cette menace, Navetchou, qui était également fin diplomate, reversait une part généreuse des pièces d’or engrangées au roi Gnome (si il y a un nom je suis preneur) pour s’assurer bonne grâce et protection. D’autre part, il avait pris soin de nommer son cousin Papychou, gnome inflexible réputé pour sa grande rigueur, intendant du royaume et général des armées. Pour anticiper toute mauvaise surprise, Navetchou avait également accueilli dans son palais Rockwizzie, une jeune gnomette au passé mystérieux et dotée d’étranges pouvoirs de visions. Il n’était pas particulièrement supersticieux mais cela pouvait être un atout. De plus, le charme et la fraicheur de Rockwizzie lui donnaient du baume au cœur, allant même jusqu’à secrètement le troubler.

Un tintement métallique provenant de la lourde porte de Thorium protégeant le cabinet princier le tira soudain de ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Radichou
Grand Bricoleur


Nombre de messages : 4635
Age : 35
Où c'que j'suis : Au bureau de la loose
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Dim 22 Juil - 23:23

C'est superbe ! Bravo Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amonia
Ménestrel(le)


Nombre de messages : 786
Age : 33
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Mer 25 Juil - 12:18

study study la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Mar 7 Aoû - 12:15

(suite)
Un tintement métallique provenant de la lourde porte de Thorium protégeant le cabinet princier le tira soudain de ses pensées. « J’ai dit que je ne voulais pas être dérangé » lança t-il, agacé par cette visite inopportune. « Je suis désolée de venir ainsi perturber vos travaux Monseigneur mais il faut d’urgence que je vous parle » retentit une voix timide, trahissant une inquiétude à peine contenue. Le prince réajusta son peignoir de satin, puis, d’une main ferme, tenta de redonner ordre à sa chevelure hirsute. Les traits tirés se son visage s’estompèrent. Cette petite voix, il l’aurait reconnue entre mille. Il bénit cette interruption stoppant son cerveau en ébullition. Il saisit la poignée et ouvrit.

Sur le seuil, apparurent deux grandes couettes d’un bordeaux léger encadrant un visage angélique. Les grands yeux verts, si doux d’ordinaire, brillaient d’une intensité inhabituelle.« Mis à part une flèche inespérée de Cupidon ; que je paie au juste fort cher ; que me vaut cette visite au beau milieu de la nuit, délicieuse amie ? » questionna le prince, qui venait de retrouver sons sens taquin de l’humour. Rockwizzie ne pu contrôler la soudaine coloration rougeoyante de ses pommettes. Elle n’était pas indifférente aux discours charmeurs de Navetchou, mais celui-ci était son Prince et marié de surcroit.
« Ne me taquinez pas ainsi mon Prince, l’heure est grave » sa respiration se fit à nouveau haletante. « Une vision vient de me tirer brutalement de mon sommeil ! Des torrents de lave ... des hurlements ... un navire dérivant sans passager ... un bicorne à la proue ... » la douce voix était devenue saccadée, hachée, comme celle d’un enfant essayant de s’exprimer en pleine crise de larmes.
« Voyons, voyons ! Reprenez votre souffle ma chère, et tentons d’y voir plus clair » interrompit le prince. Il ouvrit un tiroir de son bureau, en sortit une fiole et deux petits verres de cristal finement ciselés. « Avant toute chose, une gorgée d’eau de vie de Ronceterre devrait apaiser vos tourments ». Sans se faire prier, Rockwizzie se saisit du verre, avala d’un coup, grimaça, puis, tendit le bras, exprimant son besoin d’une nouvelle rasade. Décidément, cette petite est pleine de surprises, se dit Navetchou quelque peu rêveur. Au-delà du ton paternel qu’il essayait d’adopter, une tension sous jacente était perceptible. « Expliquez moi donc, maintenant, le sens de vos troublantes visions ! ».
Rockwizzie respira profondément, comme pour calmer le rythme emballé de son cœur affolé.
« Les torrents de lave, mon Prince, ne voyez vous pas ? Quel seigneur du mal consacre ses pouvoirs et recherches au feu dévastateur ? Quel seigneur a promis votre perte à l’issue d’une célèbre bataille navale ? »
« Ragnaros » murmura Navetchou, qui ne pouvait plus feindre de ne pas comprendre. On eu dit qu’il venait de prendre plusieurs siècles d’un coup. Ses épaules se voutèrent, sa tête s’inclina et il se laissa choir lourdement dans son fauteuil de bureau. Il savait que la soif de vengeance de Ragnaros risquait d’engendrer une guerre, mais il espérait que le temps passant aurait estompé les rancœurs.
Le temps, le temps, le temps ... c’est précisément qui me fait défaut, songeait il. Le temps, le temps, le temps ... maudit sablier de la vie où les évènements s’écoulent devant nos yeux impuissants ! Le temps, le temps, le temps ... si seulement ... Comme propulsé par un ressort venant de céder dans l’assise de son fauteuil, il se leva d’un bond. « Non ! Nous ne sommes pas vaincus ! Il n’y a pas la place aux jérémiades ! Optimisons le temps qui nous sépare de la mise en route de Ragnaros ! » s’écria Navetchou. « Tentons d’en savoir plus ! Ma chère, ma très chère, nous allons avoir besoin de vos talents ! ». Surprise par ce brusque regain d’énergie, Rockwizzie faillit lâcher le délicat verre qu’elle tenait toujours en main.

Elle observait avec curiosité le prince qui, échancrant son peignoir en dégagea une chainette qu’il avait autour du cou. Intriguée, elle ne le quittait pas des yeux. Navetchou se dirigea vers une des nombreuses bibliothèques garnissaient les murs, retira quelques livres, fit jouer une étagère. Entre deux doigts, il saisit une petite clef plate qui pendait au bout de sa chainette, se pencha et l’introduisit dans une serrure dissimulée. Un grincement sinistre se fit entendre, des vérins s’actionnèrent, la bibliothèque pivota, dévoilant un inquiétant espace sombre. Le prince s’y engouffra, disparu dans la pénombre, puis, réapparu quelques instants plus tard, à la lueur d’un braséro qu’il venait d’allumer. Il se tourna vers Rockwizzie et d’un ton très protocolaire déclara : « Très chère, jusqu’à ce jour moi seul connaissais l’existence de cette extension du palais. Ni la princesse, ni mon cousin le grand Intendant Papychou, n’ont été dans la confidence afin d’éliminer tout risque d’indiscrétion. Toutefois, le rôle que j’attends de vous, cette nuit, passe par le partage de ce secret. Je vous en prie, n’ayez crainte et entrez ! »
Revenir en haut Aller en bas
Arogare/Waës
Ménestrel(le)


Nombre de messages : 635
Age : 23
Où c'que j'suis : En train de botter le cul aux grands vilains vikings
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Mar 7 Aoû - 13:51

Quel jolie histoire!

Congratulation ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radichou
Grand Bricoleur


Nombre de messages : 4635
Age : 35
Où c'que j'suis : Au bureau de la loose
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Mar 7 Aoû - 14:00

Ah oui, c'est pas mal du tout même Smile
Bravo !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Mar 7 Aoû - 16:08

(suite)
Rockwizzie frissonna. La pièce dans laquelle elle venait de pénétrer était froide. L’humidité ambiante accentuait une odeur mêlée de pierre mouillée et de renfermé. Nul doute que ce lieu n’est pas aéré bien souvent, se dit elle. Ses grands yeux verts clignèrent, peu à peu sa vue s’adaptait à la pénombre. Le plafond était bas et la surface s’avéra plus vaste qu’elle ne l’avait imaginé. Le décor était très sobre dans cette pièce aux murs et dallages de pierre. Au fond, face à elle, une arche soutenue par deux colonnes grossièrement taillées semblait révéler une autre issue. Affinant maintenant son regard, elle distinguait nettement quelques larges marches au-delà de l’arche descendant vers ... vers ... un quai !!!! Une barque de Thorium brossé, bercée par le calme courant d’une rivière y était amarrée. Le mobilier était succinct. Ca et là quelques braséros, un bureau, un canapé, un solide coffre fort et un panneau sur pieds, ressemblant à un tableau d’école, recouvert d’une fine toile de gangrétoffe.
Navetchou ouvrit l’unique tiroir du bureau, pris une clef qu’il introduisit dans la serrure du coffre. Il tourna deux gros boutons cylindriques minutieusement puis un déclic se fit entendre. Il agrippa la poignée de cuivre et tira à lui l’épaisse porte. D’un fatras de parchemins, il sortit un écrin dans lequel luisait une clef d’argent de forme inhabituelle. Il se dirigea ensuite vers le tableau et tira d’un geste sec sur le tissu.
Rockwizzie s’attendait à découvrir de savantes formules écrites nerveusement à la craie sur un panneau noir mais elle ne vit que du vide. Ce n’était rien qu’un cadre métallique banal soutenu par deux pieds.
Navetchou introduisit la clef d’argent dans la cavité d’un montant, la fit tourner plusieurs fois à droite, plusieurs fois à gauche puis soudain de fins faisceaux lumineux, d’un bleu intense, vinrent quadriller l’espace vide du cadre métallique. « Ma dernière invention » déclara t-il, non sans une certaine fierté. « Cet appareil devrait permettre de visualiser, et, si tout fonctionne, d’enregistrer vos pensées ». Avec une impatience presque juvénile, il saisit Rockwizzie par la main et l’attira devant l’écran. « Préparez vous sans plus tarder ! Nous allons tester les possibilités de mon hypnagnomivisionneur !!! ».
Au regard du prince, elle comprit qu’il n’y avait de place à une quelconque objection. Peu rassurée mais soumise, elle plongea une petite main gracile dans une poche de son peignoir et en sortit une fiole de verre opaque. Elle extirpa le bouchon de liège, s’enduit les doigts d’un liquide épais et parfumé puis se massa les tempes. Connaissant son rituel, Navetchou revenait déjà à ses cotés armé d’un autre braséro qu’il alluma. D’une autre poche, Rockwizzie sortit un sachet de toile, l’ouvrit, y plongea les doigts et par trois fois jeta une pincée de poudre dans la flamme du braséro. Elle inhala profondément la fumée qui s’en dégagea. Elle joignit les mains devant elle, ferma ses grands yeux et prononça des mots dont elle seule connaissait le sens. Elle fit ensuite face à l’écran, plaça ses petits index sur ses tempes puis, d’un imperceptible signe de tête fit signe qu’elle était maintenant prête.
Revenir en haut Aller en bas
Ariale
Ménestrel(le)


Nombre de messages : 704
Où c'que j'suis : Sur mon Drake du néant, ou mon mecanotrotteur ...enfin toujours en vadrouille ^^
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Sam 11 Aoû - 14:08

J'adore!
la suite?


Dernière édition par le Dim 12 Aoû - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arogare/Waës
Ménestrel(le)


Nombre de messages : 635
Age : 23
Où c'que j'suis : En train de botter le cul aux grands vilains vikings
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Sam 11 Aoû - 16:14

Encore, encore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amonia
Ménestrel(le)


Nombre de messages : 786
Age : 33
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Dim 12 Aoû - 12:14

cheers cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Mer 20 Fév - 20:18

Au regard du prince, elle comprit qu’il n’y avait de place à une quelconque objection. Peu rassurée mais soumise, elle plongea une petite main gracile dans une poche de son peignoir et en sortit une fiole de verre opaque. Elle extirpa le bouchon de liège, s’enduit les doigts d’un liquide épais et parfumé puis se massa les tempes. Connaissant son rituel, Navetchou revenait déjà à ses cotés armé d’un autre braséro qu’il alluma. D’une autre poche, Rockwizzie sortit un sachet de toile, l’ouvrit, y plongea les doigts et par trois fois jeta une pincée de poudre dans la flamme du braséro. Elle inhala profondément la fumée qui s’en dégagea. Elle joignit les mains devant elle, ferma ses grands yeux et prononça des mots dont elle seule connaissait le sens. Elle fit ensuite face à l’écran, plaça ses petits index sur ses tempes puis, d’un imperceptible signe de tête fit signe qu’elle était maintenant prête. (Suite) Pour commencer, chuchota Navetchou d’une voix douce et monocorde, j’aimerais que vous pensiez à une couleur. Les faisceaux bleus de l’écran oscillèrent instantanément puis un rose vif emplit l’espace. J’aimerais maintenant que vous pensiez à une forme. Les faisceaux s’activèrent à nouveau et la fond rose prit l’allure d’un rond bien délimité. Excellent ! dit calmement le prince alors qu’une excitation bouillonnait en lui, cela semble fonctionner ! Poussons l’expérience un peu plus loin. Imaginez un arbre ... une forêt ... à l’horizon une montagne. Au rythme des pensées de Rockwizzie, l’écran se désorganisait puis se réorganisait. Un dernier test ma chère, nous allons tenter de matérialiser un sentiment. J’aimerais que vous vous concentriez sur un souvenir agréable. Les faisceaux s’agitèrent, des contours s’agencèrent, Rockwizzie apparue assoupie, couverte d’une épaisse couette, la tête enfoncée dans un oreiller moelleux. La voix emprunte d’émotion du prince fit sursauter la gnomette. Parfait ! Si cela marche avec votre mémoire, cela doit fonctionner également avec vos visions. Seriez vous prête pour une nouvelle cession ? Il est fort tard et vous paraissez exténuée, s’enquit Navetchou. Je suis votre obligée, mon prince, et comme vous l’avez justement souligné, le temps presse, répondit Rockwizzie, tout en reprenant le rituel menant vers la transe visionnaire. Les fumerolles au parfum âcre se diffusaient à nouveau à travers la pièce. Le chuchotement de Navetchou était teinté d’une certaine appréhension. Vous êtes plongée dans votre sommeil de début de nuit, lorsque des visions vous réveillent brutalement ... que voyez vous ? Les faisceaux de l’écran s’agitèrent, s’agitèrent encore et encore, Navetchou commençait à envisager un dysfonctionnement de son appareil quand les contours d’une image prirent naissance. Une vaste salle de trône, des décours de pierre lugubres réchauffés par l’intensité rougeoyante de bassins de magma cernant la pièce. Un imposant monarque ailé aux allures terrifiantes. Ragnaros, reconnu Navetchou tandis qu’un frisson parcourrait sa moelle épinière. Une silhouette de petite taille, enveloppée d’un grand manteau s’approche, son visage est dissimulé sous une large capuche et s’incline. Un sourire sadique trahit une sincère satisfaction sur le visage de Ragnaros. La silhouette, la démarche, éveillent une étrange sensation chez Navetchou mais déjà l’image s’estompe pour se recomposer. D’un nuage de poussière et de fumée apparaît, l’armée du seigneur de feu. Une ligne de chevaliers montants des Kodos lourdement carapaçonnés, déferle sur Springrock. L’image se déforme puis revient. Des gnomes s’enfuient à travers le palais de Springrock dévasté. Des corps calcinés jonchent le sol. Une barque de Thorium dérive sur la rivière souterraine devenue magma. Un bébé emmailloté hurle dans un couffin, un bicorne est posé renversé à l’arrière de l’embarcation ...
Revenir en haut Aller en bas
Radichou
Grand Bricoleur


Nombre de messages : 4635
Age : 35
Où c'que j'suis : Au bureau de la loose
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Jeu 21 Fév - 0:33

Ah ah ! enfin la suite ! Bravo Mig ! C'est très émouvant... l'histoire de mon aïeul... Bravo ! (erf du coup je vais être obligé de m'y remettre alors... là... pour pas être en reste avec vous ! c'est le printemps de Poètes... la muse m'habite!)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
glorfi / Sedna
Ménestrel(le)


Nombre de messages : 673
Où c'que j'suis : Bordeaux
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Jeu 21 Fév - 6:56

Superbe Mig cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Jeu 21 Fév - 21:17

(suite) Rockwizzie laissa échapper un cri puis tomba sur le sol, inanimée. Les images dont Navetchou venait d’être témoin étaient apocalyptiques. Il lui fallu un long moment pour retrouver ses esprits et réaliser qu’un petit corps gisait à ses pieds. Rockwizzie, ROCKWIZZIEEEEE !!!!! Ce nom résonna dans la pièce puis le silence oppressant revint sans que la gnomette ne manifesta le moindre signe de vie. Navetchou se pencha, la prit dans ses bras, et l’installa sur le canapé ... elle respirait. Il s’allongea à coté d’elle. Inquiet, il posa sa main sur un front brulant. Il s’apprêtait à déposer un tendre baiser sur la joue écarlate qui lui était offerte lorsque Rockwizzie tourna brutalement la tête. Au lieu d’effleurer la peau soyeuse de sa joue, ils étaient maintenant lèvres contre lèvres. Ouvrant au même instant ses grands yeux verts, Rockwizzie réalisa avec stupeur la situation embarrassante dans laquelle elle se trouvait. Tous deux marquèrent un temps d’arrêt semblant interminable puis leurs lèvres s’entrouvrirent et leurs corps s’enlacèrent, comme mus par une irrésistible attirance. Les peignoirs s’ouvrirent découvrant les seins rebondis de Rockwizzie et le torse étonnamment sculptural du prince. Révolte contre les noirs dessins des présages ? Besoin de libérer la terreur qui avait envahi leurs esprits ? Leurs étreintes en devinrent frénétiques, enragées. Tandis que Navetchou redoublait les coups de buttoir, penché au dessus du merveilleux corps demandeur de Rockwizzie, la conscience lui revenait petit à petit, comme au sortir d’un ensorcellement. Une larme perla sur sa joue crispée. Pourquoi fallait t-il que le désir s’exprime dans la force et la domination alors qu’il ne nourrissait que de tendres pensées de partage. Voilà tout le paradoxe de l’amour, pensait il attristé. Admirant le va et vient des hanches subtilement charnues de Rockwizzie, il s’arrêta brusquement. L’électro-magnétisme alternatif !!!! S’exclama t-il. Il roula sur le coté, Rockwizzie se lova dans ses bras. Il s’enivra du parfum de sa chevelure puis soupira. Ma chère, nos folies ont un sens, vous avez décidément des talents insoupçonnés. Elle fit volte face, ses yeux pétillaient de bonheur. Votre performance fut également à la hauteur de votre rang lâcha t’elle, accompagné d’un sourire coquin. Certes, certes, ma tendre enfant, répondit-il gêné ...il se pourrait que l’ondulation de votre anatomie ait changé l’avenir de notre royaume. Je pense être en mesure de concevoir une arme redoutable contre le feu de Ragnaros. Mais l’heure n’est pas aux cours d’ingénierie gnome, allons chercher un repos amplement mérité. Quelque peu fourbu par ces ébats nocturnes, il se leva, ramassa le peignoir de Rockwizzie, l’aida galamment à le passer et se vêtit à son tour.

Le jour n’était pas loin de poindre à l’horizon alors qu’ils déambulaient à travers les couloirs du palais endormi. A la croisée du chemin les menant vers leurs appartements respectifs, il déposa un tendre baiser sur le front de Rockwizzie, puis s’en fut. Il allait ouvrir sa porte lorsqu’il sentit une présence. Il se retourna et cru apercevoir une ombre s’éclipser au bout du couloir. Il fit demi tour, revint sur ses pas, tourna le plus discrètement possible sur la gauche, mais rien. Il tendit l’oreille, nul bruit ne venait troubler la sérénité de la nuit. Décidemment, la fatigue me joue des tours, un sommeil réparateur me fera le plus grand bien, songea t-il. A pas feutrés il gagna la chambre princière. Il laissa choir son peignoir et se glissa sous la couette. La tiédeur y régnant était réconfortante. La princesse émit un léger soupir, se retourna et vint se blottir contre lui. Un sentiment de culpabilité l’envahit mais il se dit que si son infidélité était le prix à payer pour sauver le royaume, il l’assumait pleinement.
Revenir en haut Aller en bas
Vidin
Ménestrel(le)


Nombre de messages : 769
Où c'que j'suis : Lyon, sinon un peu partout
Date d'inscription : 08/01/2007

MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Ven 29 Fév - 23:07

Bravo Mig j'aime beaucoup ! J'attend la suite avec impatience !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La légende de Radichou   Aujourd'hui à 22:14

Revenir en haut Aller en bas
 
La légende de Radichou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Investigation] Qui mourra dans La Légende Renaît ?
» [Fan-fiction] Il était une légende ... Sélène. Final Chapitre.
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.
» Battosai - [gardien de la légende et le squig]
» [Blog] Les lieux du film "BIONICLE La légende renaît spécial JM134"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Poetic Loosers - royaume Medivh :: Poésies-
Sauter vers: